Histoire et Quizz

Un peu d'histoire, des quizz et des amis !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Pistolet-mitrailleur M3 : « Grease Gun »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Omaha44

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 14/04/2010
Age : 40
Localisation : Quelque part dans les Yvelines...et souvent en Basse Normandie

MessageSujet: Le Pistolet-mitrailleur M3 : « Grease Gun »   Dim 16 Mai - 8:41

Suite au sujet sur le FM BAR M 1918 A2, voici un autre résumé sur le Pistolet-mitrailleur M3, arme qui tranche un peu avec le traditionnel fusil M1 (Garand) ou Pistolet-mitrailleur Thompson.

Caractéristiques du Pistolet-mitrailleur M3

Calibre : 11,43 mm
Munition : .45 ACP
Longueur totale : 0,754 m
Longueur avec crosse pliée : 0,580 m
Longueur du canon : 0,203 m
Masse : 4,650 Kg
Cadence de tir : 420 coups / mn
Capacité du chargeur : 30 coups.
Distance de tir : 100 à 200 m.
Prix de revient unitaire en 1944 : 13 $



Le Pistolet-mitrailleur M3 est une arme rustique. Pour remplacer le PM Thompson, trop lourd et trop coûteux, les Américains lancent une étude dès 1941. Parmi une vingtaine de prototypes, ils choisissent provisoirement le M2 de Hyde Inland, mais sa fabrication se heurte à des difficultés.

Le M2 de Hyde Inland


Le service du matériel dresse alors le cahier des charges d’une arme plus simple et de construction entièrement métallique au prix le plus réduit possible. S’inspirant des méthodes de fabrication de la Sten, trois techniciens R.R. Studler, G. J. Hyde et F.W. Stampson développent un premier prototype désigné T 15. Perfectionné, celui-ci devient le T 20 qui est adopté en décembre 1942.

La fabrication de la nouvelle arme est confiée à Guide Lamp Division of General Motors, firme spécialisée dans la production d’éléments emboutis. Elle en construit 605 664 exemplaires. Les premiers d’entre eux sont livrés en 1943. Il fallu 7 mois seulement entre la demande du gouvernement, et les premières armes sorties des chaines de montage, en mai 1943.

Les premières troupes ayant reçu le Pistolet-mitrailleur M3, sont les Rangers, les parachutistes, les équipages de chars et d’engins blindés d’accompagnement de l’infantrie.

Toutefois, l’iconographie d’époque montre que peu de Pistolet-mitrailleur M3 étaient en service au moment du débarquement en Normandie.

Cette arme ne fut pas appréciée, a prime abord, par ces utilisateurs. Elle est tellement « laide » que ses utilisateurs l’ont baptisée « Grease Gun » (pompe à graisse). Un aspect « grosse ferraille » mal finie, une cadence de tir faible...autant de points a priori négatifs par rapport a sa grande sœur, la légendaire Thompson. Mais cette apparente « mal-finition » n'était qu'esthétique, et la cadence de tir faible permettait de mettre plus de coup au but et assure aussi une grande stabilité. Par ailleurs, le Pistolet-mitrailleur M3 est bien plus compact. Cette arme est d’une grande rusticité et très efficace. Elle gagna rapidement le respect de ces utilisateurs.

Le coût moyen de fabrication du M3 était de 13 $, contre 35 $ pour un Thompson M1, soit moins de la moitié du prix.

L’arme est constituée de deux coquilles symétriques embouties et soudées dans le plan vertical. Viennent s’y ajouter : le pontet, le carter du mécanisme de détente, le volet de la fenêtre d’éjection et le crochet du chargeur.

Le volet de la fenêtre d’éjection


Le levier d’armement quant à lui est situé du coté droit. Il se présente sous la forme d’une manivelle articulée.



Un gros écrou moleté obture la partie avant de la carcasse et il sert au maintien du canon.




La culasse mobile est cylindrique et possède deux ressorts récupérateurs. La crosse télescopique est en fil d’acier. Elle permet de gagner en poids et en encombrement.


Elle se replie en appuyant sur le bouton qui se situe en haut de la poignée à gauche.


Le chargeur vertical n’est pas interchangeable avec celui des Pistolet-mitrailleur Thompson, même s’ils tirent les mêmes munitions.


Le Pistolet-mitrailleur M3 porte en permanence une petite burette à huile sur le coté gauche de la carcasse. Il s’agit de la même burette que l’on retrouve pour les carabines M1 et M1 A1.


Sur la photo ci-dessus, on peut voir au dessus du chargeur et au niveau des marquages sur l'arme, le bouton pour éjecter le chargeur. Celui-ci n'a pas été "protégé" et paraît ici sous son aspect "sortie d'usine". Pendant le conflit on pourra remarquer qu'une patte métallique a été soudée, sans se soucier des marquages, pour protéger le bouton de déverouillage du chargeur. Cette pratique a été plus ou moins suivie par les armuriers sur le terrain , pour éviter de "perdre" le chargeur suite a un choc en plein combat.


Par la suite, cette protection de bouton de chargeur fût changer pour un système moins "bricolage". Une coupelle insérée dés le montage sous le bouton de chargeur oblige à pousser le bouton a l'intérieur de cette protection. Je crois savoir que ce montage ne se verra pas lors de la WWII.


Les organes de visée sont formés d’un seul guidon nu et d’un œilleton fixe permettant le tir jusqu’à 100 yards.


Il n’y a pas de sélecteur et le seul dispositif de sûreté est constitué d’une protubérance qui immobilise la culasse en position ouverte ou fermée lorsque le volet d’obturation de la fenêtre d’éjection est rabattu.

Protubérance qui immobilise la culasse


L’arme fonctionne avec une culasse non calée munie d’un percuteur fixe. Certains Pistolet-mitrailleur M3 sont munis d’un dispositif qui protège le crochet de chargeur, cette disposition n’a été adoptée qu’en décembre 1944.

Pistolet-mitrailleur M3 A1.



Il existe aussi un Pistolet-mitrailleur M3 A1 adopté à la fin de la guerre, on en produit 15 469 exemplaires avant la fin des hostilités. Il ne possède plus le levier d’armement. On manœuvre la culasse avec le doigt au travers d’une fenêtre d’éjection agrandie. On décida d'ajouter un petit téton (que l'on peut voir sur les photos ci-dessus) sur la crosse métallique, pour s'en servir à garnir les chargeurs. En effet, quand il reste quelques munitions à mettre dans le chargeur la résistance du ressort est forte.

Sur la version M3, les GI's n'hésitaient pas à se servir de la détente pour appuyer le chargeur dessus afin de finir de l'alimenter. Ceci explique que bien souvent, les armes qui ont connues le terrain ont la détente un peu tordue.


Ce modèle a été largement utilisé en Corée et il était encore en service chez les Américains au moment de la guerre du Golfe : il armait les équipages des chars de dépannage.

Fabricants et Production

Guide Lamp Company de 1943 à 1945 (N° de série 637.589, vu sur une M3 A1 de terrain dans le nord de l'alsace) C'est une filiale de General Motors.
1943 : 85 130 M3
1944 : 343 372 M3
1945 : 178 192 M3 et 15 469 M3 A1
Certaines de ces armes furent re-manufacturées, avec changement de pièces d'usure. Rock Island Armory, Springfield Arsenal, Itaca, par exemple, s'en chargèrent.

ITACA en 1955-56 eu un contrat pour fabriquer 70 000 M3 A1, mais le contrat fut ramené à 33 227.

L'arrivée du concept de fusil d'assaut, fit que celle qui devait remplacer le Pistolet-mitrailleur Thompson, eut sa production arrêté des les lendemains de l'armistice entre le Japon et les USA. Certaines peuvent avoir été montées avec le restant de pièces en stock.

Les porte-chargeurs lors de la WWII sont bien souvent ceux de la Thompson à trois conpartiments où le sac de transport pour chargeurs de 30 coups.


Chargette
Sur les premiers modèles , une chargette etait fournie. Sur les modéles A1, c'est une partie de la crosse qui servait de chargette.




Le Grease Gun passé au crible :







Le Grease Gun lors de la WWII :







La "compagne" des équipages de chars et d’engins blindés








Entraînement allié pour le débarquement en Normandie et embarquement sur les navires, début juin 1944

Capt. Robert Piper du 505th PIR


There were 218 captured by the Free French Infantry and 6th Armored Division troops. Plouay, France 08 28 1944






Al Krochka section renseignement du Regimental HQ le 7 juin secteur de La Barquette


Machine gun toting American soldier in a foxhole near the front lines during the Battle of the Bulge belgium Dec 44


Grease gun avec 2 chargeurs scotchés tête-bêche


Shell crater in town square of St. Lo is used as a foxhole to provide two American soldiers protection juillet 1944
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ARVERNIX

avatar

Messages : 638
Date d'inscription : 31/03/2010
Age : 57
Localisation : BLOT L'EGLISE 63

MessageSujet: Re: Le Pistolet-mitrailleur M3 : « Grease Gun »   Dim 16 Mai - 20:00

Une arme a l'esthtétique douteux mais qui a su séduire ses utilisateurs; merci Omaha pour ce cours d'armement, ça me rappelle mon service militaire lol!
vivement le prochain !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Pistolet-mitrailleur M3 : « Grease Gun »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Protoype HOTCHKISS modèle CMH2
» Laisse pour chiens en forme de pistolet invention
» Olivia Newton-John (actrice dans Grease) raconte son observation d'ovni
» Il entre au LP avec un pistolet (non chargé)
» pistolet de Gendarmerie modèle 1770, an IX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Histoire et Quizz :: Matériel et objet historique-
Sauter vers: